Rhinocéros

De son vrai titre« le Rhinocéros»,<< Rhinocéros» a été une nouvelle avant d’être une pièce de théâtre. Publiée douze ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, elle venait dénoncer avec tout son éclat littéraire la dérive insensée des comportements humains  toutefois, la pièce, qui eut plus de succès, éclipsa ce petit bijou littéraire dans lequel Ionesco, impertinent et provocateur, se délecte à jouer avec la langue française. Usant d’un passé simple systématique qui accentue la tension à la fois tragique et loufoque de la pièce, l’auteur fait parler un seul personnage, Bérenger. Passif mais lucide, ce dernier se lance dans le récit d’un phénomène nouveau et perturbateur : « la rhinocérite », métaphore de la montée du nazisme et de toutes les autres formes de totalitarisme.
Un petit village sans histoire voit son équilibre se briser quand un rhinocéros traverse, de manière impromptue, la rue. Cet événement, bientôt sur toutes les lèvres, soulève l’indignation d’une population incrédule et donne l’occasion à d’absurdes débats [unicornuité ou bicornuité des rhinocéros?!). Au fil des jours, le phénomène s’amplifie. Qui sont ces bêtes féroces? D’où viennent-elles? Autant de questions en suspens, qui trouvent une réponse surprenante en
la mutation soudaine de M. Bœuf. Les personnages comprennent alors qu’une maladie contagieuse se propage dans le village, animalisant chaque humain. Tout le monde va y passer sauf Bérenger, seul survivant à cette« rhinocérite ».

Agenda de la tournée

En attente